09avril

La Révolution Manufacturière: (4) Le reste du monde…et la Suisse

Publié par Xavier Comtesse dans Actualités

Dans cet affrontement industriel entre géants mondiaux ; si l’Allemagne privilégie le modèle autour du hardware et les USA celui du software et la Chine plutôt les plateformes (en quelque sorte la sur-traitance industrielle), alors on peut se poser la question quel modèle va suivre la Suisse ? 

Juste pour rappel : le hardware est l’approche par les machines industrielles, le software s’intéresse aux Big Data et Algorithmes (dont notamment le « machine learning ») quant aux plateformes, c’est simplement de la sur-traitance.

Eh bien, la Suisse comme toujours suit l’Allemagne. Cependant, il faut voir que dans la révolution numérique, la Suisse possède deux caractéristiques qui la différencie de tous avec deux compétences technologiques fondamentales qui lui donnent une position tout à fait enviable. La première concerne l’Internet des Objets (IoT) notamment en « microchip ultra-low energy » (chip développé au CSEM et chez EM Microelectronic Marin dans la Canton de Neuchâtel) et la deuxième s’inscrit dans l’Intelligence Artificielle en particulier, le « machine learning » avec la Fondation Dalle Molle à Lugano (TI) et l’immense Centre de recherche Google à Zurich. Ces deux avantages compétitifs font que la Suisse est un acteur non négligeable dans cette guerre industrielle d’autant plus que l’entreprise suisse ABB fait partie des cinq géants avec Siemens, GE, Hyundai et le chinois Sinomach qui se disputent la suprématie industrielle mondiale.

Mais la Suisse, c’est aussi l’innovation notamment celle des PMI. Et dans cette perspective, il n’est pas rare de tomber sur de véritables pépites d’or. Factory5 du très dynamique patron Samuel Vuadens, en est un bon exemple. Une plateforme de sur-traitance industrielle pour l’Industrie 4.0 tel est le produit. Cela veut dire que très concrètement les industriels partenaires de cette plateforme sont capable de fabriquer des pièces industrielles à partir de fichier numérique produit par d’autres entreprises et qui transiteront par la plateforme : la chaîne de la valeur « digitale » n’est plus interrompu ! C’est un saut immense pour l’industrie…et la Suisse est dans le coup !

La révolution industrielle 4.0 est en marche dans le pays que ce soit la fabrication additive (impression 3D) ; la connectique (usine entièrement connectée (la 51 de Swatch) et également de objets produits comme la Tag Heuer ; l’Internet des Objets (IoT avec Em Microelectronic Marin), L’Intelligence Artificielle notamment le « machine learning » (Lugano-Zurich); l’automatisation extrême (Usine de Novartis à Stein) ou maintenant les plateformes de sur-traitane (factory5).

Swissmem lança en 2015, avec trois autres associations professionnelles, une initiative allant dans le sens des Allemands et de l’industrie 4.0. Aujourd’hui, les résultats sont très encourageants même si la Confédération et ses différents organes d’encouragement à la recherche et à l’innovation ont assuré un service minimal. Cela n’a pas empêché les entreprises de s’adapter et évoluer rapidement …et ce n’est pas plus mal !